Le Soupir des Esclaves

H. DE. MARSAN, Publisher, Songs, Ballads toy books, paper dolls, small playing cards, motto verses, &c. 54 Chatham St. N.Y.,

Le Soupir Des Esclaves.

REFRAIN.
(Tous les esclaves en chœur.)
Quelle horreur et quelle infamie!
Quelle afireuse inhumanité!
Ici pas une voix amie
En faveur de la liberté! (Trois fois.)

LE PERE ESCLAVE.
Hélas! quelle douleur amère!
Sous ce despotisme effrayant,
Ils ont vendu ma pauvre mère,
Et mon épouse et mon enfant!
A mes déchirantes alarmes,
Mon maître, le fouet à la main,
Impose silence à mes larmes,
Disant: tu pleureras demain!

LA JEUNE ESCLAVE.
Un jour, dans un moment d’ivresse,
Mon maître, en horrible fureur,
Malgré mes cris de détresse,
Le tigre ravit mon honneur!
Plus tard, ce monstre, cet infâme
Changea son enfant pour de l’or:
Il m’arracha le cœur et I’âme,
Mon fils était mon seul trésor!

TOUS LES ESCLAVES ENSEMBLE.
Partout des fers, des entraves,
Partout le bourreau suit nos pas;
Partout on nous dit: vils esclaves,
Mort! si vous ne travaillez pas!
Courbés sons ces lois homicides,
Victimes de la noire couleur,
Ces criminels, fratricides.
Nous vouent, sans pitié, an malheur!

L’ESPERANCE.
Comme vous fils de la Nature,
N’avons-nous pas droit à la vie?
Vous nous mettez a la torture,
La liberté nous est ravie.
Nos cœurs rayonnent d’espérance,
En dépit de votre prison:
Car du grand jour de délivrance
L’aurore blanchit à I’horizon!

Item Information help

blog comments powered by Disqus